top of page
  • Collectif pour l’Éducation supérieure gratuite (C. pour l’E.S.G.)

Les sionistes de chez nous

ou le désormais célèbre « tract haineux » de l’UQÀM


De gauche à droite : Stéphane Pallage, recteur de l’UQÀM, Andrew Woodall, directeur de la vie étudiante de Concordia, et François Audet, professeur à l’ESG et directeur général de l’Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaire (OCCAH).


Depuis l’opération Déluge d’al-Aqsa mené contre Israël le 7 octobre, divers-es « intellectuel-le-s » de l’UQÀM ont cru bon de manifester leur solidarité avec Israël.


Le 19 octobre, dans un vague message digne d’un exercice d’écriture sous contraintes, Stéphane Pallage, actuel recteur de l’UQAM, nous rappelait qu’ici, au cas où nous serions tenté-e-s par l’indignation, nous sommes dans « un lieu de paix et de liberté ». Alors que le bombardement génocidaire de Gaza avait déjà produit des explosions équivalentes au quart d’une bombe nucléaire, notre apologiste du profitable travail infantile¹ se montrait non seulement incapable d’évoquer ne serait-ce que l’asymétrie militaire et géopolitique entre Israël et la Palestine, mais même de nommer les partis opposés de la « situation au Proche-Orient ».


Malgré l’ambiguïté de l’imbécile qui nous sert de mascotte, le message qu’il veut faire passer est, somme toute, assez clair : le génocide des Palestinien-ne-s ne nous concerne pas; laissons le nettoyage ethnique suivre son cours; réjouissez-vous du confort que procure l’impérialisme capitaliste : ici, nul besoin de lutter pour survivre.


François Audet, qui briguait récemment le prestigieux siège de son susnommé collègue, se revendiquait sans gêne de la complicité canadienne dans la colonisation de la Palestine : « un gouvernement comme le Canada doit par exemple, évidemment, soutenir unilatéralement Israël dans son droit de se défendre et de démanteler le Hamas, mais ça ne doit pas être fait au détriment, de punir [sic] deux millions de civils qui sont à Gaza »².


Illettrisme historique, aveuglement volontaire ou sympathies sionistes : peu importe les explications que l’on esquisse, de tels propos cautionnent les crimes de guerre israéliens. Ce soi-disant expert des crises humanitaires ne pouvait toutefois s’en tenir à ces propos inexcusables et se permit même de justifier le bombardement d’hôpitaux³ en empruntant au passage les mensonges du fascisme israélien. Il ne lui restait plus qu’à soupeser, sourire en coin, les vertus humanitaires des bombardements aériens, par rapport à une invasion terrestre, pour confirmer sa candidature solide au titre de champion des idiots utiles.


À Concordia et à McGill, les sionistes nous évitent des exercices de décryptages en affichant sans ambages leurs couleurs. Le comité étudiant Solidarity for Palestinian Human Rights de McGill (SPHR-McGill) est encore une fois l’objet de censure et de répression de la part de son administration. À Concordia, Andrew Woodall, le Directeur de la vie étudiante, s’est fait prendre à balancer un bon vieux fuck you à deux étudiants qui brandissaient un drapeau palestinien.


De tels événements témoignent de la stigmatisation et de la répression des étudiant-e-s solidaires de la résistance palestinienne, de même que de la complaisance des administrations universitaires à l’égard des crimes colonialistes d’Israël. Si à l’UQAM la répression est moins évidente, c’est peut-être parce qu’il y a malheureusement trop peu d’éléments à réprimer.


À ce titre, on peut tout de même citer la censure dont a fait l’objet La Riposte socialiste. Quoi que l’on puisse penser de cette organisation, le fait que les Services à la vie étudiante lui ont intimé de retirer des affiches appelant à « l’Intifada jusqu’à la victoire ! », sous prétexte qu’elles étaient trop « clivant[es] », devrait scandaliser quiconque souhaite la libération de la Palestine.


Comment leur répondre ?

Il est un devoir politique et moral de dénoncer l’aplaventrisme des administrateurs/administratrices de nos établissements d’enseignement, de nos professeur-e-s et de nos collègues.


Nous nous adressons à vous, « collègues », en tant que camarades. Levez-vous, brisez le silence colonial et la complicité génocidaire éhontée ! Tapissons l’UQAM d’affiches, de collants, de bannières ; organisons des walkouts, des grèves et des manifestations. Rejoignez des comités ou créez vos propres réseaux de résistance !


Les « intellectuel-le-s » qui nous gouvernent et nous répriment ne nous représentent pas. Condamnons sans équivoque l’apartheid, le colonialisme et le nettoyage ethnique auquel l’État israélien tente de soumettre le peuple palestinien. Souvenons-nous que la lutte paie et commémorons les luttes héroïques du passé, comme l’émeute de 2002 qui empêcha Netanyahu de répandre son fiel fasciste au sein de Concordia. Embrassons la diversité des tactiques et sabotons le complexe militaro-industriel qui alimente cette nouvelle phase du génocide du peuple palestinien.


ISRAËL TERRORISTE, CANADA COMPLICE

LA PALESTINE VIVRA, LA PALESTINE VAINCRA

ANTICOLONIALISME: SOLIDARITÉ AVEC LES PEUPLES QUI RÉSISTENT

Les fabricants d’armes au Canada qui équipent Israël

Carte provenant de « Canada: Stop Arming Israel », dans World Boyond War.


Post-scriptum

Depuis l’écriture initiale de ce pamphlet, le conflit entre sionistes et militantes solidaires de la Palestine s’est aggravé dans ces universités.


L’Échauffourée du 8 novembre de l’Université Concordia a fait les unes. Il faut tordre la réalité de manière malhonnête, comme les médias de masse, pour l’associer aux récentes attaques contre une synagogue et des écoles juives. Toute manifestation de solidarité avec la Palestine est devenue suspecte.


S’identifiant au sophisme sioniste selon lequel l’antisionisme est de l’antisémitisme, d’invraisemblables journalistes et à Tout le monde en parle, Guy A. Lepage, n’ont pu s’empêcher de mentionner d’un même souffle lesdites attaques, clairement antisémites, l’échauffourée du 8 novembre, le « tract haineux » que vous avez présentement sous les yeux, et l’affiche promouvant la manifestation du neuf novembre, organisée par les groupes étudiants Solidarité pour les droits humains des Palestiniennes et Palestiniens de plusieurs campus.


Par une ahurissante acrobatie intellectuelle, qui ne fait que témoigner de la malhonnêteté actuelle des journalistes en ce qui concerne le militantisme propalestinien, l’image en arrière-plan de ladite affiche a été accusée d’inviter à célébrer le 85e anniversaire de la Nuit de cristal… S’il est un événement que la photographie de personnes fracassant une vitre voulait évoquer sans équivoque, c’est sans doute celui dont elle était tirée, soit l’émeute qui a éclaté en 2002, à l’université Concordia, lorsque Netanyahu était censé y donné un discours.

Photo de Steve Faguy issue de Pierre Chauvin, op.cit., de l’émeute de Concordia en 2002.

¹ Sylvain E. Dessy et Stéphane Pallage, « A Theory of the Worst Forms of Child Labour », The Economic Journal, vol. 115, no 500, 2005, p. 68‑87.

³ « Hier, [l’Organisation mondiale de la Santé] et la Croix-Rouge, à travers le Croissant-Rouge palestinien, disait qu’il y avait 14 cliniques qui avaient été touchées par les bombardements. […] C’est sûr que derrière ça, le renseignement israélien a de l’information qui doit justifier des frappes qui sont [sic] dans ces cliniques-là ou proches de ces cliniques-là, étant donné que le Hamas les utilise pour des fins opérationnelles ou des caches d’armes. » Cit. in Ibid.

SPHR McGill, « SPHR Condemns the McGill Administration’s Latest Anti-Palestinian Repression », SPHR McGill, Tiohtiá:ke (“Montreal”), 19 octobre 2023, p. 1‑3.

« Editorial: Andrew Woodall needs to resign », The Link, vol. 44, no 4, 17 octobre 2023.

@laripostesocialiste_uqamudem, « L’UQAM rentre dans les rangs de l’impérialisme canadien et fait enlever des affiches sur la Palestine », dans Instagram, 16 octobre 2023.

Pierre Chauvin, « A Decade After: A Look Back at the 2002 Netanyahu Riot », The Link, vol. 33, no 4, 11 septembre 2012, p. 8‑9 ; « Montreal protesters force cancellation of Netanyahu speech », CBC News, 10 septembre 2002 ; Ben Addelman et Samir Mallal, Discordia, Office national du film du Canada, 2004, 1 h 8 min.

« Sur le Respect de la diversité des tactiques », Coup de chien : Journal de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), Automne 2010, p. 9‑11 ; « Canada: Stop Arming Israel », dans World Boyond War.

La Riposte Socialiste étudiante, « Provocations, calomnies et salissage médiatique contre les militants pro-Palestine sur les campus à Montréal », La Riposte Socialiste, 10 novembre 2023.

Comments


bottom of page