top of page
  • Igor Sadikov

Mobilisation contre la hausse des frais pour étudiant-e-s hors Québec

Dernière mise à jour : 3 déc. 2023


Des centaines d’étudiants ont marché sur les campus de Concordia et de McGill le 30 octobre dernier pour protester contre la hausse des frais de scolarité proposée par la CAQ.
Photo de Marta Malvina Mostardini du The Link¹ : Des centaines d’étudiants ont marché sur les campus de Concordia et de McGill le 30 octobre dernier pour protester contre la hausse des frais de scolarité proposée par la CAQ.

La ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry a semé la consternation dans le milieu universitaire en annonçant le 13 octobre dernier une hausse majeure des frais de scolarité pour les étudiant-es provenant du Canada anglais et de l’international.


La facture des étudiant-es canadien-nes passerait de 8992 $ par an à 17 000 $, alors les étudiant-es de l’international paieraient un minimum de 20 000 $ par étudiant-e international-e aux universités, dont le gouvernement récupérerait 3000 $. Selon François Legault, cette mesure vise à « freiner le déclin du français » en redistribuant l’argent ainsi récupéré au réseau universitaire francophone. Cette réforme, présentée comme une question linguistique, est en fait une attaque en règle contre l’accessibilité de l’éducation au Canada.


Les universités anglophones jouent le jeu de la politique linguistique identitaire de François Legault en se présentant comme les premières victimes de la réforme. Le recteur de l’Université McGill évoque de « graves conséquences » et annonce en guise de représailles la suspension d’un investissement dans des programmes de langue française – alors que McGill facture jusqu’à 65 000 $ par année aux étudiant-es de l’international suite à la déréglementation complète de leurs frais de scolarité en 2018.


Par la déréglementation des frais de scolarité des étudiant-es de l’international – d’abord limitée à six programmes en 2008, puis intégrale en 2018 – le gouvernement s’est dédouané du sous-financement de l’enseignement supérieur en incitant les universités à obtenir du financement supplémentaire en recrutant des étudiant-es de l’international. Ce recrutement compétitif d’étudiant-es internationaux-ales a empiré les disparités de financement entre les universités, heurtant particulièrement le réseau de l’Université du Québec. C’est ainsi que le recteur de l’UQAM se réjouit de l’annonce de la réforme gouvernementale – oubliant que celle-ci ne renverserait aucunement la déréglementation des frais de scolarité des étudiant-es de l’international et ne représenterait aucun nouvel investissement public dans l’enseignement supérieur.


Il revient au mouvement étudiant de mener la lutte contre cette nouvelle hausse. Une première manifestation a eu lieu le 30 octobre dernier, rassemblant des centaines d’étudiants de McGill, Concordia et Bishop’s, ainsi que d’établissements francophones. De nombreuses associations étudiantes appuient la lutte, dont les associations membres de la Coalition de résistance pour l’unité étudiante syndicale (CRUES). Cette mobilisation est une occasion de renforcer l’unité des étudiant-es provenant du Québec, du Canada anglais et de l’international autour des revendications fondamentales du mouvement étudiant : la défense de l’éducation comme service public et la lutte pour l’éducation gratuite, accessible et de qualité.


Contre les hausses des frais, luttons pour l’éducation gratuite pour toustes au Canada!



¹ Menna Nayel, « Au revoir monsieur Legault! »: Students protest tuition increase, The Link, section News, 1 novembre 2023.

Comments


bottom of page